Projets

SAFAR

La création « Safar » d’Imed Alibi est non seulement belle, sensuelle, envoutante, mais aussi ambitieuse et courageuse. En effet, Imed Alibi et ses musiciens raffinés donnent à entendre une musique autre. Le groupe provient d’horizon culturel et géographique divers : Europe (France), Afrique (Tunisie), Amérique du Sud (Brésil), Moyen-Orient (Irak). Les cultures et techniques musicales des artistes donnent à ce projet une universalité de fait. Les thèmes musicaux du projet d’Imed Alibi nous parlent d’un monde réel que nous portons en nous sans que les mots puisent le dire. 

Safar est né d’une véritable collaboration avec le compositeur et arrangeur Stéphane Puech et le talentueux violoniste Zied Zouari.

SALHI

La rencontre entre le chanteur Tunisien Mounir Troudi, le trompettiste Michel Marre et le percussionniste Imed Alibi cherche a créer un langage nouveau du patrimoine musical Bédouin notamment le Salhi qui allie mysticisme, poésie et ambiances de fête et de transe. Bien que jugés folkloriques ou frivoles, les chansons bédouines faisaient battre le cœur d’un pays ou la libre parole était bâillonnée.

C’est pour cela aussi que ses musiques sont si populaires ; elles expriment l’âme du peuple et se sont imprimées dans sa mémoire à tel point qu’on a le cœur serré de nostalgie à chaque fois qu’on a la chance de les réécouter. La frontière entre les deux genres n’est pas stricte et la plupart des artistes savent passer d’une musique à une autre avec une faculté d’assimilation propre à eux. Cela s’est traduit par de nombreuses collaborations réussies entre Mounir et le trompettiste Eric Truffaz et entre Michel Marre et ses nombreux projets ethniques. Prendre du « risque » dans la musique est leur point commun.

43429769_2411842592165343_3399303199868321792_n

Après avoir fait découvrir à son public Safar, son premier album solo, en collaboration avec Justin Adams, Robert Plant ainsi que d’autres musiciens de renommée internationale, Imed Alibi continue son parcours de transmission entre Orient et Occident avec Salhi et maintenant avec son troisième projet Frigya.

Aboutissement de plusieurs années de recherches et de création au sein du +Silo+, le dernier projet d’Imed Alibi est un retour aux sons de l’Afrique, aux rythmes tunisiens issues de cette terre, aux percussions et à la voix aussi riches de sonorités…

Frygia signifie « Afrique » en ancien dialecte tunisien … Voilà l’un des liens entre le monde arabe et africain.
Accompagné de Michel Marre et ses sonorités jazz ouvertes sur les sons d’Afrique et de la fraîcheur du jeu électronique du percussionniste Khalil Hentati, le trio invite la chanteuse Kandi Guira dans un esprit d’ouverture, de transmission.