Projets

SAFAR

La création « Safar » d’Imed Alibi est non seulement belle, sensuelle, envoutante, mais aussi ambitieuse et courageuse. En effet, Imed Alibi et ses musiciens raffinés donnent à entendre une musique autre. Le groupe provient d’horizon culturel et géographique divers : Europe (France), Afrique (Tunisie), Amérique du Sud (Brésil), Moyen-Orient (Irak). Les cultures et techniques musicales des artistes donnent à ce projet une universalité de fait. Les thèmes musicaux du projet d’Imed Alibi nous parlent d’un monde réel que nous portons en nous sans que les mots puisent le dire. 

Safar est né d’une véritable collaboration avec le compositeur et arrangeur Stéphane Puech et le talentueux violoniste Zied Zouari.

SALHI

La rencontre entre le chanteur Tunisien Mounir Troudi, le trompettiste Michel Marre et le percussionniste Imed Alibi cherche a créer un langage nouveau du patrimoine musical Bédouin notamment le Salhi qui allie mysticisme, poésie et ambiances de fête et de transe. Bien que jugés folkloriques ou frivoles, les chansons bédouines faisaient battre le cœur d’un pays ou la libre parole était bâillonnée.

C’est pour cela aussi que ses musiques sont si populaires ; elles expriment l’âme du peuple et se sont imprimées dans sa mémoire à tel point qu’on a le cœur serré de nostalgie à chaque fois qu’on a la chance de les réécouter. La frontière entre les deux genres n’est pas stricte et la plupart des artistes savent passer d’une musique à une autre avec une faculté d’assimilation propre à eux. Cela s’est traduit par de nombreuses collaborations réussies entre Mounir et le trompettiste Eric Truffaz et entre Michel Marre et ses nombreux projets ethniques. Prendre du « risque » dans la musique est leur point commun.

RAIZES

Vers la fin du XIXe siècle déjà, chassés par les persécutions qu’ils subissent dans l’Empire ottoman, les premiers Syriens et Libanais débarquent sur les côtes brésiliennes. Vingt millions de Brésiliens d’origine arabe vivent maintenant au Brésil; leur influence va de la cuisine, jusqu’à la musique et la littérature… Ce point de vue historique a été le point de départ d’un projet proposé par Imed Alibi, percussionniste voyageur à la chanteuse brésilienne Virginia Cambuci et à l’accordéoniste Rodrigue Fernandes.

La rencontre fera revivre une histoire commune et un vrai pont entre le Brésil et le Moyen-Orient à travers les percussions qui vont tracer les pas des immigrés, l’accordéon qui jouera les notes restées dans leur mémoire commune, la voix de Virginia leur rappelant leur présent au-delà des clichés.